Spin

Spin | Lors du premier confinement en mars 2020, Corentin Marillier, percussionniste de l’ensemble Soundtrieb, imagine un instrumentarium constitué d’objets du quotidien. Ces objets qui nous entourent, représentent soudainement un échappatoire aux limites du confinement. Leur potentiel musical nous ont ouvert un imaginaire infini: ventilateurs, élastiques, carte à jouer, fouets de cuisine, minuteur, radio, platine vinyle… Ce travail expérimental mêlant objet de notre routine et électronique (amplification et traitement en temps réel) débouche sur une première pièce solo que Corentin Marillier présente en juin 20 à Neubad (Lucerne). En septembre 2020, la possibilité de se réunir de nouveau, encourage l’Ensemble à développer ce projet sous la forme d’un diptyque mêlant musique et performance. Le projet Spin comportera deux parties Pulsar pour deux performers, ventilateurs, objets et électronique et En ellipse pour quatre performers et leurs platines vinyles, objets et électronique.

Pulsar | Un pulsar est une étoile mourante tournant sur elle-même à une vitesse constante. Si sa découverte a révolutionné l’astronomie moderne, elle s’est également immiscée dans le champ de la musique. Déjà en 1990, le compositeur français Gérard Grisey avait utilisé le son des pulsars dans sa composition « Le Noir de l’Etoile ». Corentin Marillier choisit d’imaginer un dispositif instrumental capable de se rapprocher de l’imaginaire lié à l’astronomie, à ces sons de l’espace transposés pour notre oreille. Avec plusieurs ventilateurs amplifiés, de différentes tailles, on retrouve à la fois des sons proches des drones, mais aussi toute une panoplie de paramètres qui rejoignaient ceux des pulsars: rotation, tempo, périodicité, accélération, ralentissement …etc. Sur scène, deux performers/scientifiques assis et imperturbables, manipulent différents objets, les amplifient, révèlent aux auditeurs des sons jusque-là insoupçonnés. Derrière eux, comme une présence invisible: un chœur de ventilateurs, une radio dont les actions sont mystérieusement autonomes. Pulsar est une composition qui mêle musique, performance et visuel.

En ellipse | Tout comme la première partie Pulsar, la pièce En ellipse rejoint le concept d’une rotation constante. Quatre platines vinyles disposés sur scène, terrain d’expérimentation pour quatre performers. Ils disposent sur ces tables tournantes, différents objets: bols, petites cymbales, minuteurs, fouet de cuisine. Un microphone disposé près de chaque platine enregistre et transforme le signal acoustique des différents objets mis en rotation. En jouant sur les différentes vitesses, il en résulte une polyphonie hypnotique. Ce mouvement continuel rejoint ce qui fut notre quotidien pendant bientôt plus d’un an: le temps qui passe, la routine, l’isolement.